France : Pouvoir d'achat : les retraités, grands perdants du budget 2019

Les retraités descendent à nouveau dans la rue jeudi 31 janvier. Ils se considèrent comme les grands oubliés du budget 2019.

Le tableau des gagnants et des perdants est assez clair. Dans le vert, les classes moyennes actives qui vont capter l’essentiel des 10 milliards de gains de pouvoir d’achat infusées par les mesures budgétaires exceptionnelles prises en décembre sous la pression des "gilets jaunes".

L’OFCE, institut d’analyses, s’est plongé dans les détails. Il estime à 440 euros en moyenne le gain par ménage dans ces catégories. Dans le rouge, il y a les retraités. Ils seront cette année encore mis à contribution pour soutenir ce programme de redistribution de pouvoir d’achat.

Pour cette population aux pensions quasi gelées depuis cinq ans, 30% d’entre eux encaisseront frontalement la hausse de la CSG, il n’y aura pas d’équivalent de la défiscalisation des heures supplémentaires ou de revalorisation de la prime d’activité. 2019 se soldera par une baisse de ressources de 240 euros en moyenne pour un célibataire et de 390 euros pour un couple.

Le punching-ball du budget 2019 ?

Les retraités sont dans l’angle mort de la politique gouvernementale mais ils ne seront pas les seuls, l’étude de l’OFCE montrent que 25% des ménages les moins favorisés devraient aussi accuser une baisse de leurs revenus disponibles, notamment à cause de la contraction des aides au logement et de plusieurs prestations sociales.

Il faut quand même être clair, il n’y a pas un costume unique pour tous les ménages français mais c’est vrai que globalement, les retraités et les plus modestes seront sur le bas-côté d’un exercice durant lequel pourtant, le pouvoir d’achat global de la population va augmenter de façon significative.
Contenir le déficit

Derrière la justification philosophique, celle du travail qui doit payer plus, le fond de scène reste dominé par la contrainte financière, les mesures de pouvoir d’achat prises dans l’urgence sont en effet extrêmement coûteuses.

Nos finances publiques vont exploser et le déficit va fracasser la barre emblématique des 3%, avec dans la foulée une dette qui représentera 100% de la richesse produite par le pays. Toutes les faiblesses de l’ancien monde refont surface, les traitements eux aussi font très ancien monde.

Source : Christian Menateau et  Marie Sasin, rtl.fr

Tag(s) : #France

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :