France : Retraites : Delevoye martèle, encore et encore, que "l'âge légal ne changera pas"

Jean-Paul Delevoye mène depuis octobre 2018 la consultation entre les syndicats et le patronat sur la réforme des retraites.

 Dans un entretien à L'Est Républicain, le haut-commissaire à la réforme des retraites assure que l'âge de départ légal sera maintenu à 62 ans.

Il enfonce le clou. Dans un entretien à L'Est Républicain publié ce mercredi, le Haut-commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, confirme une nouvelle fois que "l'âge légal [de départ à la retraite] ne changera pas".

"Notre engagement est de préserver la liberté de partir à 62 ans, détaille-t-il, tout en sachant que l'intérêt de l'équilibre du système est que vous partiez de préférence à 63 ans, 64 ans". D'où l'idée d'un système par "décote" et "surcote", qui diminueraient ou augmenteraient la pension en fonction de l'âge de départ.
Cacophonie gouvernementale

Lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron avait promis de ne pas toucher à la borne des 62 ans. Mais dans le cadre du grand débat, une des questions posées est de savoir s'il faut reculer l'âge de la retraite, augmenter le temps de travail ou les impôts pour financer les dépenses sociales.

Ces dernières semaines, tant la question de l'âge légal que celle de la durée d'activité ont été soulevées comme paramètres de la réforme des retraites par plusieurs ministres. "Il n'y a pas 50 solutions vu les comptes publics, a par exemple assuré Gérald Darmanin début avril sur France inter. "Soit vous dîtes aux gens 'on n'indexe plus vos retraites', soit vous dîtes 'on augmente les impôts', sinon 'vous travaillez un peu plus pour financer les retraites'".
Le Medef propose un relèvement progressif

Alors que les parlementaires de la majorité y vont aussi de leurs suggestions, le Medef a de son côté proposé de relever l'âge légal de départ en retraite à 64 ans d'ici 2028, afin d'assurer l'équilibre comptable du système et de financer la réforme de la dépendance. 

Le Haut-commissaire consulte depuis 18 mois syndicats et patronat sur le futur régime universel censé remplacer les 42 existants. Jean-Paul Delevoye devrait remettre ses recommandations au gouvernement après les élections européennes du 26 mai, en vue d'une présentation du projet de loi avant la trêve estivale.

Source : lexpress.fr

 

 

Tag(s) : #France

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :