France : Retraités, votre niveau de vie a bien reculé

Le rapport du Conseil d’orientation des retraites dresse un constat annuel alarmant au sujet du niveau de vie des retraités français. S’il reste plus élevé que le reste de la population, il a baissé entre 2010 et 2015.

Il fait de moins en moins bon être retraité en France. Selon un rapport annuel du Conseil d’orientation des retraites relayé par Les Échos, le niveau de vie des retraités a baissé de 0,5% entre 2010 et 2015. Les pensions étant restées stables suivant l’évolution de l’inflation, le COR a donc recherché les causes de cette baisse de leur niveau de vie moyen. Il s'élevait pourtant à 105,6% de celui de l’ensemble de la population en 2015, soit pratiquement à hauteur de celui des actifs.

Alors pourquoi le niveau de vie des retraités a-t-il chuté pendant les années de crise ? Tout d’abord, avec l’arrivée des baby-boomers à l’âge de la retraite, le nombre de divorcés retraités augmente nettement. Or les femmes divorcées sont bien plus précaires que les veuves puisque selon le COR, elles détiennent 77% seulement du niveau de vie d’un retraité en couple, contre 82% pour les veuves. Le taux de pauvreté des divorcées à la retraite est ainsi de 15,4%, contre 4,4% des couples retraités.
Un patrimoine en baisse

En cause également dans cette tendance à l’amoindrissement du niveau de vie des retraités, leur appauvrissement patrimonial. En effet, selon le COR, "il est vraisemblable que la convention usuelle surestime aujourd'hui l'apport réel des revenus du patrimoine dans le niveau de vie des retraités, alors qu'elle le sous-estimait il y a vingt ans". Si les retraités actuels sont plus riches que leurs aînés, "les taux de rendement ne cessent de baisser, au point de devenir inférieurs à l’inflation pour certains produits financiers, et ce dernier, a fini par l’emporter".

Autre élément majeur dans la baisse de niveau de vie des retraités, la hausse des prélèvements obligatoires. Ils ont augmenté de 3,1 points entre 2008 et 2014 durant la crise financière. Leur impôt sur le revenu a notamment crû de 2,1 points sur la période selon le rapport du COR. Une augmentation stoppée en 2015, mais qui a été contrebalancée par l’augmentation des cotisations sociales et de la taxe d’habitation. "La hausse des taux de prélèvement a eu pour effet de freiner puis de quasiment stopper à partir de 2009 la hausse de niveau de vie des retraités. Il en résulte même une légère baisse du niveau de vie moyen des retraités entre 2012 et 2015", conclut le COR.
Vers la fin de l’exception française ?

Alors que les retraités français avaient un taux de pauvreté deux fois moins élevé que la moyenne des Français, faisant d’eux une exception, avec l’augmentation de la CSG des retraités en 2017 et la fiscalisation de la majoration de pension pour les parents de trois enfants en 2012, l’exception française est peut-être en passe de disparaître.

Source : Sarah Ugolini, capital.fr

Tag(s) : #France

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :