France : Agnès Buzyn veut encourager un départ à la retraite "à 63 ou 64 ans"

La ministre de la Santé a affirmé que sans départs à la retraite à 63 ou 64 ans, le système n’était pas équilibré financièrement, évoquant des Français qui "travaillent déjà beaucoup plus".

Elle a affirmé qu’il n’y avait "pas d’entourloupe". La ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn a défendu hier, dans l’émission BFM Politique, la réforme des retraites voulue par Emmanuel Macron. Une "réforme de justice" et "structurelle" qu’elle a qualifié de "beaucoup plus équitable, beaucoup plus lisible" et qui va "pérenniser notre système de retraite par répartition".

La ministre a également affirmé que le haut-commissaire Jean-Paul Delevoye allait présenter au mois de juin le rapport concernant ses discussions avec les syndicats et le patronat. Une consultation qu’il mène depuis un an et demi et qui doit se terminer cette semaine avec une dernière réunion. Jusqu’à présent, le rapport était attendu pour juillet avant la présentation du projet de loi du gouvernement, prévu pour septembre.

Âge pivot

Si pour le moment l’âge légal de départ à la retraite reste fixé à 62 ans, comme l’a confirmé le président Emmanuel Macron, le gouvernement planche sur différents scénarios pour "inciter" les gens à "partir plus tard" à la retraite, a expliqué Agnès Buzyn sur BFMTV. Selon elle, cet âge légal de 62 ans "est un totem" qui "permet simplement à ceux qui le souhaitent à un moment de dire stop" dans la mesure où "énormément de Français travaillent déjà beaucoup plus".

La ministre de la Santé a également affirmé que le gouvernement visait un "âge pivot" qui lui permettrait d’atteindre un certain équilibre financier. Selon la ministre "si nous n’avons pas des départs à la retraite à 63 ou 64 ans, en fait le système n’est pas équilibré financièrement".

Les syndicats ont déjà affirmé leur opposition à ce principe "d’âge pivot". Le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger dénonce, dans un entretien à paraître aujourd’hui dans la presse locale, "un tour de passe-passe qui rallongerait la durée de cotisation sans le dire par un système de décote".

Source : Annick Berger, capital.fr

Tag(s) : #France

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :