France : Agirc-Arrco : bonne nouvelle, les comptes de la retraite complémentaire s’améliorent

Info Capital. Présentés ce vendredi 26 juin, les comptes de l’Agirc-Arrco, retraite complémentaire des salariés du privé, s’annoncent meilleurs que prévu. En 2018, le déficit technique recule d’un milliard d’euros.

En progrès mais peut encore mieux faire. D’après des documents de présentation des résultats 2018 de l’Agirc-Arrco, que Capital s’est procurés, le déficit technique du régime, soit la différence entre les ressources et les charges s’améliore passant de 1,9 milliard d’euros, contre 2,9 milliards d’euros un an plus tôt. L’une des explications de ce bon résultat tient à la hausse du nombre de cotisants plus que celle des retraites versées. Ainsi, les ressources de l’Agirc-Arrco, constituées pour l’essentiel des cotisations des entreprises et des salariés sont passées de 77 milliards d’euros en 2017 à 79,7 milliards en 2018 (+ 3,5%). Les charges du régime, qui sont constituées essentiellement des allocations versées aux retraités sont, de leur côté, en hausse de 1,9% pour atteindre 81,6 milliards d’euros en 2018.

Toutefois, malgré cette amélioration, l’Agirc Arrco enregistre un déficit de 1,4 milliard d’euros (mieux que les prévisions du mois de mars qui annonçaient 1,8 milliard), soit trois fois plus qu’en 2017 où il était à 569 millions d’euros. La raison ? Les opérations à caractère exceptionnel, liées notamment à la fusion Agirc-Arrco au 1er janvier 2019, qui ont donné lieu à des ajustements et des régularisations. Par ailleurs, en 2017, le résultat global avait fortement augmenté en raison d’un apport de la nue-propriété des logements transférés de la Foncière logement, soit un montant de 0,8 milliard d’euros. Cette différence s’explique aussi par la chute importante des produits financiers. Les réserves techniques (60 milliards d’euros au 31 décembre 2018) ayant été réallouées en 2015 sur des placements de court terme de très faible rémunération, les produits financiers ont été divisés par deux. Ils sont passés de 112 millions d’euros en 2017 à 24 millions en 2018 pour l’Agirc et de 1,3 milliard à 526 millions pour l’Arrco.

Les comptes dans le vert en 2019 ?

Pour 2019, la situation s’annonce meilleure. Le document précise qu’en tenant compte des règles d’indexation prévues à partir du 1er novembre 2019 (revalorisation sur l’inflation avec une hypothèse de 1,3%), l’Agirc-Arrco serait excédentaire. Une bonne nouvelle qui s’explique en partie par l’entrée en vigueur en janvier 2019 des mesures d’économie prises par les partenaires sociaux. Ainsi, les cotisations versées devraient croître de 6,1 %, notamment avec la hausse du taux d’appel des cotisations passant à 127 % depuis le 1er janvier 2019 (contre 125% auparavant). Ce passage dans le vert pourrait aussi s’expliquer par la hausse de 3,2% de la masse salariale. Un argument dont pourraient se servir plusieurs syndicats de salariés comme la CFDT et la CFTC qui plaident, en cas de retour à une meilleure fortune, pour une diminution du bonus malus appliqué depuis le 1er janvier 2019 à ceux qui partent à la retraite dès qu’ils peuvent obtenir le taux plein.

Source : Adeline Lorence, capital.fr

 

Tag(s) : #France

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :