France : Cette mauvaise nouvelle qui pend au nez des futurs retraités

D’après le rapport annuel du Conseil d’orientation des retraites (Cor), qui doit être dévoilé ce jeudi 13 juin, les actifs vont devoir faire des efforts. Ils devront cotiser plus, pour obtenir le même niveau de pension que leurs aînés.

L’horizon de la retraite s’obscurcit pour les actifs. Le Conseil d’orientation des retraites (Cor), dans la synthèse de son rapport annuel, que Capital a pu consulter, alerte sur l’augmentation des cotisations vieillesse alors que, dans le même temps, les pensions n’évoluent pas au même niveau. Ainsi, les actifs doivent dépenser plus pour financer le système actuel des retraites, tout en sachant que lorsqu’ils cesseront leur activité, ils ne pourront pas bénéficier d’un meilleur montant de pension. Pour en arriver à cette conclusion, le Cor étudie quatre indicateurs. D’un côté le taux de prélèvement finançant les retraites et la durée de la carrière pendant laquelle sont prélevées les cotisations. Ces deux données permettant d’apprécier l’effort consenti par les assurés en activité pour financer le système de retraite. De l’autre côté, le montant des pensions et la durée de la retraite qui permettent d’évaluer ce que le système apporte aux assurés lorsqu’ils sont retraités.

Côté effort, le compte y est. “Par rapport aux générations qui partent actuellement à la retraite, nées au milieu des années 1950, les générations plus jeunes seraient pénalisées par des taux de cotisation plus élevés et un montant moyen de pension plus faible relativement au revenu d’activité moyen”, pointe le bilan annuel du Cor. Pour expliquer cette situation, le Cor prend l’exemple d’un non cadre du secteur privé. Alors que pour la génération 1940, le taux de cotisation était de 19,6%, pour la génération née dans les années 2000 qui commence à entrer sur le marché du travail, il atteint 28,1%. Attention, ce taux de cotisation pour financer le système des retraites peut être dans les faits encore plus élevé car il ne prend pas en compte les autres cotisations comme la part de la Contribution sociale généralisée (CSG) qui est affectée au système de retraite. A cela s’ajoute l’allongement de la durée de cotisation pour obtenir une retraite à taux plein. Alors que pour la génération née en 1957, il faut cotiser 166 trimestres, ce chiffre grimpera à 172 pour ceux nés à partir de 1973.

Malheureusement, les actifs d’aujourd’hui risquent de ne pas être récompensés pour les efforts fournis lorsqu’ils partiront à la retraite. Pour évaluer le niveau de pension qu’ils pourraient espérer, le Cor prend en compte le taux de remplacement. Il s’agit du rapport entre le dernier revenu perçu et le niveau de la pension. Le Cor reprend l’exemple d’un non-cadre du secteur privé. Si celui né en 1955 bénéficie d’un taux de remplacement de 75%, à condition qu’il parte au taux plein, pour les suivants, la situation se détériore. “Ce taux resterait supérieur à 66,6% pour les dix générations qui suivent celle de 1957”, annonce le Cor. Pour la génération née dans les années 2000, il serait compris entre 53,8% et 63%. Comment expliquer une telle baisse ? Le phénomène est double : d’un côté vous cotisez plus, de l’autre les pensions sont moindres. En effet, depuis 1993, leur niveau ne suit plus les revenus mais elles sont revalorisées par rapport à l’inflation, qui évolue moins vite. A cela s’ajoute la baisse du rendement de l’Agirc-Arrco, la retraite complémentaire des salariés du privé. Ainsi, pour obtenir un point Agirc-Arrco, il faut cotiser de plus en plus.

Les salariés du privé ne sont pas les seuls concernés par la baisse du taux de remplacement. Le Conseil prend aussi l’exemple d’un fonctionnaire de catégorie B. Actuellement, pour le calcul de sa pension, les primes ne sont pas prises en compte. Or, la part des primes dans la rémunération totale continue d’augmenter, ce qui, en toute logique, provoque une chute du taux de remplacement. “Avec une part des primes stable, son taux de remplacement net se stabiliserait autour de 65 % à partir des générations nées à la fin des années 1970. Il passerait de 63 % à 51 % entre la génération 1955 et celle née en 2000 si la part des primes continuait d’augmenter”, prévient le Cor. Une situation qui pourrait évoluer avec la réforme des retraites en cours de préparation qui prévoit d’intégrer les primes dans le calcul de la pension.

Seule bonne nouvelle pour les actifs, l’augmentation de leur espérance de vie leur permettra de bénéficier pendant plus longtemps du versement d’une pension. Une maigre consolation, en attendant peut-être que le futur régime universel, prévu pour 2025, ne vienne corriger ces écarts.

Source : Adeline Lorence, capital.fr

Tag(s) : #France

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :