France : Retraite : le spectre de l’âge pivot à 64 ans

Dans un rapport remis aux syndicats le 18 novembre, le Conseil d’orientation des retraites plaide notamment pour un « âge minimum du taux plein », qui ressemble dangereusement à l’âge pivot voulu par le haut-commissaire aux retraites.

Le Conseil d’orientation des retraites (COR) vient de mettre de l’eau au moulin de Jean-Paul Delevoye, le haut-commissaire aux retraites. Dans son rapport tant attendu remis lundi aux partenaires sociaux, et consulté par Les Echos, le COR propose trois pistes, dont celle de l’âge pivot, pour faire face au besoin de financement des régimes de retraite d’ici à 2025 (année d’instauration du nouveau système par points voulu par le gouvernement), qu’il estime entre 7,9 et 17,2 milliards d’euros.

Le COR suggère d’abord de reculer l’âge minimum légal de départ en retraite, aujourd’hui fixé à 62 ans, « par génération à partir de la génération 1959 et jusqu’à la génération 1963 », la première à être normalement concernée par la réforme. Cela reviendrait à décaler l’âge légal d’un an environ. Ce scénario ne devrait pas être retenu, le président de la République s’y étant plusieurs fois fermement opposé.  
Borne d’âge avec retraite bonifiée

L’autre proposition du Conseil d’orientation des retraites est, sans surprise, de rallonger la durée de cotisation et la faire passer de 42 ans à 44,7 ans en 2025, soit tout de même quasiment trois ans de plus ! 

Enfin, le COR évoque un « âge minimum du taux plein », une borne d’âge au-dessous de laquelle s’appliquerait une décote sur la pension en cas de départ en retraite et, à l’inverse, une surcote pour les travailleurs qui prolongent leur vie professionnelle. Dans le scénario du COR, cet âge serait de 63,5 ans. On n’est donc pas loin du fameux « âge pivot » ou « âge du taux plein » à 64 ans préconisé par le haut-commissaire aux retraites. Une petite revanche pour ce dernier, lui qui a subi un désaveu en août dernier lorsque le chef de l’Etat a déclaré lors d’une interview sur France 2 « préférer un accord sur la durée de cotisation plutôt que sur l’âge »…

Source : Sandra Mathorel, lesechos.fr

Tag(s) : #France

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :