France : Réforme des retraites : qui dit vrai sur les futures pensions des femmes ?

 Selon les calculs de l'Institut de la protection sociale, certaines mères de famille pourraient voir leur pension baisser de 10 %. Faux, répond le gouvernement.

Les mères de famille risquent-elles de voir leur retraite fondre avec la mise en place du régime universel par points ? C'est ce qu'affirme l'Institut de la protection sociale (un think tank composé d'experts-comptables et de spécialistes de la protection sociale) dans une note publiée le 26 novembre. Problème : ils disent l'exact contraire de ce qu'affirme le gouvernement qui assène que la réforme est favorable aux femmes et qui conteste l'analyse de l'IPS.

Selon les calculs de ce dernier, les pensions des femmes pourraient chuter de 10% dans certains cas. Il prend ainsi l'exemple d'une femme séparée du père de son enfant, qui a cotisé pendant 152 trimestres sur la base d'une moyenne de 25 000 € de salaire annuel. Si elle veut partir à la retraite à 62 ans, sa pension sera de 12 497 € par an (1 041 € par mois) après la réforme : c'est 1 250 € de moins (- 9 %) qu'aujourd'hui.
Les pensions des femmes amputées de 10% ?

Autre exemple : un couple avec trois enfants dont les deux conjoints ont cotisé pendant 162 trimestres sur la base d'une moyenne annuelle de 35 000 €. Aujourd'hui, s'ils veulent partir à la retraite à 62 ans, leur pension sera de 26 456 € par an pour elle et de 22 350 € pour lui (elle bénéficie en effet de 12 trimestres supplémentaires au titre de ses trois maternités). Avec la réforme, leur pension passera à 20 423 € pour elle, 17 759 € pour lui, soit une baisse de 10 624 € (- 21,77 %) pour le couple.

"Ces estimations sont basées sur les futures modalités d'attribution des "droits familiaux" dévoilées dans le rapport remis par Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire aux retraites, en juillet dernier", affirme le directeur Bruno Chrétien, président de l'IPS. Il prévoit notamment que la majoration de 10 % de la pension accordée aux deux parents dès leur troisième enfant sera remplacée par une majoration progressive de 5 % par enfant pour l'un des deux parents. De plus, les trimestres de bonification accordés aux mères (4 trimestres à la naissance et 4 trimestres au titre de l'éducation) et aux pères (4 trimestres éducation) seront remplacés par un système de bonification par points dont les mécanismes ne sont pas encore connus.

Source : Sabine Germain, votreargent.lexpress.fr

Tag(s) : #France

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :