France : Retraites : l’exécutif cuisine son régime universel avec «des spécificités»

Marins-pêcheurs, chauffeurs routiers, hôtesses et stewards… En accordant des garanties à certaines corporations, le gouvernement dévitalise le message premier de sa réforme.

Un régime «universel» mais faisant chaque jour un peu plus la part belle aux «spécificités» quand il s’agit de décrocher tel ou tel corps de métier de la contestation contre le projet de refonte du système de retraites. Une réforme porteuse de nouveaux droits et gage de plus de justice, mais dont on exempte telle ou telle profession en lui garantissant qu’elle aura la chance de ne pas être concernée ou au moins pas tout de suite. Ou comment brouiller encore un peu plus un message qui ne brillait déjà pas par sa clarté.
Distinguo

Dès septembre, le gouvernement se faisait fort de mettre fin, lui, aux régimes spéciaux, tout en relevant déjà «des particularités qui pourront être prises en compte». Parmi ces «carrières très précises pour lesquelles il y a besoin d’avoir des aménagements», la porte-parole, Sibeth Ndiaye, citait les militaires et les policiers. Point. Dans son discours du 11 décembre, Edouard Philippe élargissait un peu le champ, tout en cantonnant les dérogations d’âge à «ceux qui sont exposés à des fonctions dangereuses dans le cadre de missions régaliennes». Comme les pompiers et les gardiens de prison. Depuis la liste s’allonge : marins-pêcheurs, chauffeurs routiers, pilotes ont eux aussi a minima obtenu de sérieuses inflexions de la part d’un gouvernement qui passe son temps à affirmer qu’il garde le cap sans faire preuve de la moindre faiblesse. Derniers en date, les hôtesses et stewards. Quatre syndicats ont suspendu mercredi leur appel à faire grève vendredi prochain, après avoir obtenu du gouvernement des garanties, notamment sur le maintien de leur caisse complémentaire. La posture est plus dure à l’égard des «privilégiés» de la RATP et de la SNCF.

Dans ce contexte, la majorité se défend comme elle peut de toute entorse à sa promesse d’universalité, censée être la boussole du projet de loi attendu le 22 janvier en Conseil des ministres. Sur France Info vendredi, le député LREM Lionel Causse s’est ainsi lancé dans un subtil distinguo : «C’est un régime universel mais il n’est pas uniforme. On veut un régime universel, que les règles soient claires pour tout le monde mais à l’intérieur de ce régime, on aurait des spécificités.» Spécificités, à ne pas confondre avec régimes spéciaux, donc. Difficile dès lors de soutenir aux autres professions qu’elles n’ont pas à perdre avec le régime par points. C’est ainsi que le gouvernement se piège lui-même, puisque pour compenser l’entrée dans le régime universel, il lui faut aménager des transitions, quitte à en rabattre sur la lisibilité, tant vantée, du nouveau système. La droite ne s’est pas privée de noter la contradiction. «On est en train de saucissonner le débat et de saucissonner la réforme des retraites et finalement de faire une réforme qui sera catégorielle», pointe sur RTL le président du groupe LR à l’Assemblée, Damien Abad.
Foyer

Plutôt que de céder à des corporations en fonction de leur capacité à bloquer le pays - une stratégie pas très «nouveau monde» - n’aurait-il pas été plus vertueux d’ouvrir dès le début du quinquennat une négociation digne de ce nom sur la question, centrale, de la pénibilité ? Selon Matignon, le sujet doit être au cœur des ultimes discussions qui s’ouvriront à partir du 7 janvier. Outre l’élargissement du compte professionnel de prévention aux fonctionnaires et l’abaissement des seuils pour le travail de nuit, il est question de progresser sur la prévention de la pénibilité, la reconversion et l’aménagement des fins de carrière. La CFDT et l’Unsa demandent avec constance le rétablissement des quatre critères du compte pénibilité (postures pénibles, vibrations mécaniques, manutentions de charges, exposition aux agents chimiques) que l’exécutif a supprimés dès 2017 par ordonnances. Pas question, a d’ores et déjà répondu le nouveau «monsieur Retraites», Laurent Pietraszewski, alors que le sujet est depuis des années une ligne rouge pour le Medef.

Avec les chauffeurs-routiers, qui ont obtenu le maintien du dispositif leur permettant, sous conditions, un départ anticipé à 57 ans, le secteur des raffineries, actuellement en pleine ébullition, est l’autre foyer surveillé par le pouvoir comme le lait sur le feu. Une pénurie de carburant changerait en effet la nature de la crise, élargissant à tout le pays l’impact quotidien de la mobilisation sociale.

Source : Laure Equy , Jonathan Bouchet-Petersen, liberation.fr

Tag(s) : #France

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :