France : Retraites : le gouvernement lance ses simulations

Une trentaine de «cas types» et un embryon de simulateur ont été mis en ligne par l'exécutif. Les chiffres présentés sont déjà contestés par les opposants à ce régime universel.

Des simulations à défaut d’un vrai simulateur. Le gouvernement n’a pas attendu de finaliser son projet de loi – le texte doit être envoyé dans les jours qui viennent au Conseil d’Etat pour avoir une chance d’être examiné le 22 janvier en Conseil des ministres – pour tenter de démontrer qu’il n’y aura que des gagnants dans le régime universel par points qu’il propose… A condition de travailler vraiment plus longtemps. Ce jeudi, l’exécutif a donc mis en ligne un site dédié pour que les actifs sachent s’ils sont «concernés» par cette réforme qui, si on s’en tient aux propositions d’Edouard Philippe, débutera pour la génération née en 1975. Mais, la nuance est de taille, ce moteur de recherche n’est pas personnalisé. «Il oriente vers des cas types les plus ressemblants», dit-on au secrétariat d’Etat chargé des Retraites, occupé désormais par Laurent Pietraszewski.

Pour cette première vague, les services n’en ont concocté qu’une trentaine : fonctionnaires de différentes catégories, enseignants, salariés aux parcours et niveaux multiples de rémunération… Une première «brique» qui sera complétée fin janvier par un «prototype de simulateur […] avec environ 150 situations individuelles […] rapidement complété pour atteindre 300 situations individuelles», précise le gouvernement. Le vrai simulateur, qui prendra en compte «les données personnelles de carrière de chaque Français», ne sera pas en ligne «avant le vote du projet de loi», expliquaient la semaine dernière les concepteurs du texte. «Les pouvoirs publics ne peuvent pas se permettre de faire n’importe quoi. On doit être rigoureux», disait alors un conseiller à Matignon, fâché de voir certains syndicats, comme la CGT ou le Snes-FSU, proposer leur propre outil pour s’opposer à cette réforme.

«Ces hypothèses ne présagent pas de réalités»

Sauf que les responsables politiques de la majorité, conscients qu’ils sont en train de perdre la bataille de l’opinion, réclamaient des chiffres pour répondre à ce qu’ils dénoncent comme des «fake news» de leurs adversaires. Ils vont avoir de quoi bachoter et expliquer qu’un professeur des écoles né en 1980 peut espérer toucher 2 340 euros de retraite dans le futur système – soit la même chose que si on gardait le système actuel (2 336 euros) – ou qu’un salarié avec une carrière ascendante devrait, certes, y perdre un peu (une dizaine d’euros brut par mois) mais y gagner vraiment (plus d’une centaine d’euros) s’il bosse jusqu’à 67 ans. «C’est la preuve que l’âge d’équilibre doit inciter à travailler plus longtemps», souligne-t-on au secrétariat d’Etat. Etonnant tout de même que le gouvernement puisse fournir des éléments aussi précis alors que les discussions avec les syndicats sont encore ouvertes, avec une réunion multilatérale cruciale à Matignon jeudi après-midi… «Ces hypothèses ne présagent pas de réalités dans la mesure où le système universel n’est pas encore totalement défini», peut-on donc lire dans la «fiche méthodologique» en guise de mise en garde. Des concertations sont toujours en cours sur certains paramètres».

«Ce sont des chiffres à date, sur des cas simples, d’unipensionnés, sur des carrières très homogènes, sans chômage, sans enfants…» prend-on soin aussi de préciser au ministère des Solidarités. Tous les cas passés au crible concernent des personnes nées en 1980 ou 1990 ayant commencé à travailler à 22 ans. Pourquoi ? Pour faire coïncider l’âge auquel ils pourraient, dans le système actuel, partir avec une retraite à taux plein après quarante-trois ans de cotisations (donc 65 ans) avec le futur «âge d’équilibre» envisagé pour ces générations dans le système universel (65 aussi). Au passage, cela confirme, comme l’expliquait Libération, que l’âge d’équilibre ne restera pas à 64 ans.
La bataille des chiffres est lancée

Par ailleurs, en présentant des cas de personnes ayant commencé à 22 ans, le gouvernement évite soigneusement d’afficher, justement, les perdants de l’instauration d’un âge d’équilibre : ceux qui ont commencé à travailler entre 20 et 22 ans, qui dans le système actuel auraient pu partir avec un taux plein entre 63 et 64 ans et qui devront travailler un an ou deux de plus dans le futur système pour avoir (au mieux) la même pension. Ce que n’ont pas manqué de noter (déjà) certains opposants à la réforme. Le collectif Nos Retraites a commencé à décortiquer les cas mis en ligne par le gouvernement. De quoi alimenter la controverse et nourrir une bataille de chiffres qui risque d’occuper chaque camp un bon moment.

Source : Lilian Alemagna, liberation.fr

Tag(s) : #France

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :