France : Retraites : Édouard Philippe retire provisoirement l'âge pivot à 64 ans de l'avant-projet de loi

Ce samedi, dans une lettre que le Premier Ministre adresse au Président de la République, Édouard Philippe se dit prêt à "faire confiance" aux partenaires sociaux et à "retirer du projet de loi la mesure de court terme" proposée "consistant à converger progressivement à partir de 2022 vers un âge d'équilibre de 64 ans en 2027".

Édouard Philippe a donc cédé, en partie, à une mesure symbolique du projet de réforme des retraites porté par son gouvernement. Ce samedi, il a annoncé être prêt à retirer provisoirement du projet de loi l'âge pivot à 64 ans, qui avait notamment poussé la CFDT de Laurent Berger à se joindre au conflit social qui dure depuis plus d'un mois dans le pays.

Concrètement, le Premier Ministre annonce laisser en partie la main aux partenaires sociaux, qui devront lors de la conférence de financement à laquelle ils vont participer, trouver un moyen pour financer cette réforme des retraites qui ne devra "entraîner ni baisse des pensions pour préserver le pouvoir d'achat des retraités, ni hausse du coût du travail, pour garantir la compétitivité de notre économie", précise Édouard Philippe.

Mais si aucune solution n'est trouvée à l'issue de cette conférence, que le Premier Ministre souhaite voir débuter d'ici la fin du mois de janvier et dont les conclusions devront être rendues "d'ici la fin du mois d'avril 2020", c'est bien le gouvernement qui reprendra la main et qui décidera, par ordonnance, des "mesures nécessaires pour atteindre l'équilibre d'ici 2027 et financer les nouvelles mesures de progrès social". Dans ce courrier, que vous pouvez consulter en intégralité ici, le Premier Ministre rappelle toutefois que "le projet de loi prévoira que le futur système universel comporte un âge d'équilibre", il ne se situera tout simplement peut-être pas à 64 ans, si les organisations syndicales trouvent une autre solution de financement.
La CFDT ravie, mais toujours beaucoup de critiques

Dans la foulée de cette annonce, la CFDT s'est exprimée et a revendiqué "une victoire" par la voix de Laurent Berger. Elle "salue le retrait de l'âge pivot du projet de loi", qui "marque la volonté de compromis du gouvernement".

L'Unsa s'est également montrée satisfaite de cette évolution dans les négociations dans des termes semblables, soulignant "un compromis sur l'équilibre financier permettant d'avancer".

Tout le contraire des organisations syndicales en tête de la contestation, comme Force Ouvrière, qui dénonce l'étroitesse des marges de négociation. Yves Veyrier regrette ainsi le fait que "l'âge d'équilibre sera intrinsèque à terme au régime unique de retraites par point".

Un régime par point qui reste par ailleurs pour beaucoup inacceptable, comme parmi les figures de La France Insoumise.

Source : ladepeche.fr

Tag(s) : #France

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :