France : La conférence de financement des retraites lancée, quels sont ses enjeux?

Le Premier ministre Édouard Philippe a installé, ce jeudi au Conseil économique, social et environnemental à Paris, la conférence sur l’équilibre et le financement des retraites. Pendant trois mois, les partenaires sociaux auront comme mission de trouver les moyens de résorber le déficit du système des retraites, premier impératif pour la mise en place du régime universel.

 Pourquoi une conférence ?

Lancée à l’initiative de Laurent Berger, patron du syndicat réformiste CFDT, la conférence sur l’équilibre et le financement des retraites est le fruit d’un compromis avec le gouvernement. Alors que les négociations s’étaient rompues au soir du 11 décembre du fait de l’introduction d’une mesure d’âge « paramétrique » pour entamer le retour à l’équilibre du système de 2022 à 2027, la CFDT a fait un pas vers l’exécutif en admettant de discuter d’une alternative.

La main tendue a été saisie par le Premier ministre qui a suspendu provisoirement le projet d’un âge pivot progressif tout en fixant un cadre très strict à la conférence : les mesures pour résorber le déficit, estimé à 12 milliards par an (même si largement contesté par l’opposition et certains économistes), ne devront ni baisser les montants des pensions ni augmenter le coût du travail.

Les partenaires sociaux ont jusqu’au 30 avril pour débusquer la martingale. Leurs conclusions seront prises en compte dans les trois mois qui suivent le vote de la loi, sous la forme d’une ordonnance. La méthode a provoqué la colère des parlementaires de l’opposition qui doivent examiner le projet de loi de réforme dans l’hémicycle à partir du 17 février sans en connaître le financement.
Qui y participe ?

Installée par le Premier ministre, avec Agnès Buzyn (Solidarités), Laurent Pietraszewski (Retraites) et Olivier Dussopt (Fonction publique), la conférence intègre toutes les organisations syndicales et patronales qui auront vocation à assurer la gouvernance du futur système universel de retraites. À savoir : la CPME, l’UNSA, FO, CGT, U2P, MEDEF, CFE-CGC, CFDT, CFTC et FNSEA.

À celles-ci, il faut ajouter la présence de représentants de quatre directions d’administrations centrales : sécurité sociale, budget, trésor et la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques. Le Premier ministre y a enfin adjoint un représentant de la Cour des comptes.

La conférence sera animée par un haut fonctionnaire reconnu par les partenaires sociaux, énarque passé par la direction de la caisse complémentaire AGIRC-ARRCO, Jean-Jacques Marette, à qui il reviendra au cours de cette première journée de former les groupes de travail et d’installer le calendrier des sessions.
Peut-elle changer les choses ?

Compte-tenu du cadre défini par Matignon, la ligne de crête est étroite. Le Premier ministre lui-même parie sur un retour in fine d’une mesure d’âge, l’équation étant selon lui insoluble sans ce levier. Mais elle peut prendre des formes diverses, en jouant sur le pourcentage de décote, sur sa durée, ou bien encore en permettant d’en atténuer les effets via un compte temps alimenté par les RTT et congés non pris.

Chaque syndicat vient avec ses revendications : la CFDT a lié la conférence aux impératifs de justice sociale (pénibilité, retraite progressive, minimum contributif…) en discussion avec le gouvernement actuellement. Le MEDEF entend défendre le maintien des taux de cotisations. CGT et FO veulent porter d’autres voies de rééquilibrage : égalité salariale femme-homme, augmentation des salaires. L’utilisation du Fonds de réserve des retraites devrait également être discutée. Bref, c’est un savant cocktail que les partenaires sociaux s’apprêtent à composer, à condition de s’entendre.

L’échec serait non seulement conçu comme celui de la démocratie sociale, mais autoriserait le Premier ministre à « prendre ses responsabilités » en réintégrant la mesure de l’âge pivot dès 2022.

Source : Julien Lécuyer, lavoixdunord.fr

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :