France : Retraites: l'Assemblée adopte une «règle d'or» financière pour le futur système

L'Assemblée nationale a voté mercredi soir le principe «d'une règle d'or» sur l'équilibre financier du futur système «universel» de retraites, lors de l'examen du second volet de la réforme, une «règle de plomb» aux yeux de la gauche de la gauche.
À lire aussi : Réforme des retraites: notre dossier pour tout comprendre

Voté à 77 voix contre 21, l'article 1 de ce projet de loi organique vise à fixer une trajectoire pluriannuelle d'équilibre financier par tranches de cinq ans. «C'est un gage de stabilité mais aussi de prévision et de pérennité», a affirmé la députée LREM Perrine Goulet dans l'hémicycle. Un déficit pourra être toléré sur un, deux ou trois ans, mais devra être lissé afin d'assurer un équilibre sur cinq années. En cumulé, il ne pourra être supérieur à 3% du montant des recettes.

Ce pourcentage n'est pas un «chiffre au doigt mouillé», mais le «taux d'endettement le plus important qu'on ait eu au moment de la crise de 2008», de «10 milliards d'euros», pour la caisse nationale d'assurance maladie, précise une élue LREM.

À gauche, communistes et insoumis ont dénoncé une «règle de plomb» et une mesure «austéritaire», de nature à faire baisser les pensions selon eux.

La règle d'or, c'est «la règle pour les petits, l'or pour les autres», a lancé le communiste Sébastien Jumel. Le socialiste Boris Vallaud a reproché à la majorité de «donner des leçons de vertu budgétaire à travers cette règle d'or alors que la réforme n'est pas financée» et «que la conférence de financement est en cours».

À droite, Eric Woerth (LR) juge que les «règles d'or n'engagent que ceux qui y croient» et son collègue Marc Le Fur a réclamé des «garanties supplémentaires». Pour le RN Sébastien Chenu, cet article 1 révèle «le sens profond» de la réforme, «une réforme budgétaire», dénonce-t-il.

À l'inverse, la marcheuse Marie-Christine Verdier-Jouclas considère que la règle d'or relève «du bon sens», pour «contrecarrer les craintes». Un équilibre tous les cinq ans permettra de «tenir compte des aléas économiques», souligne-t-elle.

Comme dans le volet ordinaire, ce projet de loi organique indique que la valeur du point - unité de compte fondamentale du futur système - ne «baissera pas» et sera «a minima indexée sur l'inflation» avant de tendre vers le nouvel indicateur de «revenu d'activité par tête», a assuré la rapporteure LREM Cendra Motin.

Source : lefigaro.fr

Tag(s) : #France

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :