France : 3,4% des retraités cumulent emploi et retraite selon la Drees

Selon l’enquête Emploi de l’Insee, en 2018, seuls 3,4% des retraités de 55 ans et plus français, soit 482.000 personnes, exerçaient une activité professionnelle tout en percevant une pension de retraite. Par ailleurs, la part des personnes cumulant emploi-retraite parmi les retraités de 62 à 64 ans diminue depuis 2015, alors qu’elle augmente parmi les autres tranches d’âge. Détails avec ce nouveau document de la Drees.

Pour rappel, le cumul emploi-retraite permet à tout assuré ayant l’âge légal de départ à la retraite et obtenu le taux plein, de cumuler ses pensions de retraite et un revenu issu d’une activité sans plafonds. Seule contrainte : les charges vieillesses sont alors payées à fonds perdus.

Comme l’indique donc cet article de la Drees, en 2018, seules 482.000 personnes de 55 ans ou plus, résidant en France (hors Mayotte) cumulaient un travail rémunéré et une pension de retraite (ce que l’on nomme cumul emploi-retraite), soit 3,4% de l’ensemble des retraités de 55 ans ou plus.

Ce chiffre semble relativement bas et pourtant il est en légère hausse par rapport à 2014. De fait, à l’époque, 464.000 personnes étaient dans cette situation. A noter également que plus de la moitié (58%) des individus cumulant emploi et retraite ont 65 ans ou plus et que 58% sont des hommes.

Parmi les pensionnés de 55-59 ans, il faut savoir qu’un quart cumule un travail et leur retraite, soit 7 points de plus qu’en 2014. En revanche, cette proportion baisse assez vite avec l’âge : ainsi, elle ne concerne que 6,7% chez les 60 à 64 ans, 4,6% chez les 65 à 69 ans et 1,3% chez les 70 ans ou plus. Une baisse qui concerne autant les hommes que les femmes. En l’occurrence, la parité est respectée !

Toujours selon la Drees, la part des « cumulants » parmi les retraités de 60 à 64 ans diminue ces dernières années, alors qu’elle augmente pour les autres classes d’âge. Cette baisse est pour partie portée par les retraités de 62 à 64 ans et pourrait tenir aux nouvelles règles du cumul emploi-retraite définies par la réforme de 2014 (voir encadré ci-dessous).
 
En effet, rappelons que de nos jours, l’assuré doit avoir cessé toute activité professionnelle pour obtenir le versement de sa retraite et la reprise d’activité ne génère plus aucun droit à retraite. Ces conditions plus restrictives d’accès au cumul emploi-retraite auraient ainsi conduit, à partir de 2015, certains assurés à prolonger leur carrière favorisant plutôt le dispositif de surcote qu’ils pourraient juger plus avantageux.

​Le cumul emploi-retraite depuis la loi du 20 janvier 2014
Par dérogation au principe selon lequel la liquidation de la pension de retraite suppose la cessation définitive d’activité, la reprise d’une activité rémunérée par un retraité est possible dans le cadre du cumul emploi-retraite, au sein du même régime (cumul intra-régime) ou au sein d’un autre régime (cumul inter-régime).

Ce dispositif existe depuis la création du système de retraite en 1945, mais ses modalités ont été modifiées, notamment par la loi du 21 août 2003, par la loi de financement de la Sécurité sociale pour l’année 2009, puis par la loi du 20 janvier 2014.
 
Pour cette dernière, les modifications qui en découlent sont applicables aux pensions prenant effet à partir du 1er janvier 2015. Désormais, l’assuré doit avoir cessé toute activité professionnelle pour obtenir le versement de sa retraite. Cette cessation d’activité n’est pas obligatoire pour les liquidations survenues avant 55 ans.
 
En outre, alors que la reprise d’une activité dans un nouveau régime permettait d’y acquérir de nouveaux droits à la retraite jusqu’à 2014, ce n’est dorénavant plus le cas. Cette évolution peut avoir réduit l’attrait du cumul inter-régime depuis 2015.

Source : senioractu.com

 

Tag(s) : #France

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :