Le Danemark va financer les retraites en taxant les ultrariches

Il y a comme un petit air de révolution au royaume du Danemark. Un peu plus d'un an après qu'elle est devenue Première ministre, la leader de la Social-démocratie, Mette Frederiksen, prépare une réforme de très grande ampleur, raconte Bloomberg. Elle veut en effet lever de nouveaux impôts, à hauteur de 400 millions d'euros, pour financer une réforme des retraites destinée à permettre le départ des salariés ayant des conditions de travail particulièrement difficiles.

Cette réforme était un axe majeur de campagne pour son camp qui s'est imposé aux élections législatives 2019. Le parti Social-démocratie avait en effet annoncé sa volonté de permettre à certains citoyens de prendre une retraite anticipée pour pénibilité du travail. Alors que son action contre le coronavirus a été saluée, Mette Frederiksen souhaiterait désormais capitaliser sur son très haut niveau d'approbation au Danemark afin de faire passer cette réforme.

Pour la financer, elle propose donc de nouvelles taxes à hauteur de 3 milliards de couronnes danoises, soit 400 millions d'euros. Ces taxes concerneront avant tout les banques, les fonds de pension et les investisseurs les plus aisés du pays. L'ambition de la femme politique de 42 ans est de voir cette réforme entrer en vigueur à l'horizon 2023. Il faudra encore convaincre le Folketing, le Parlement national du Danemark.

Environ 38 000 personnes concernées

Dans l'arène législative, le bloc de gauche possède une majorité absolue. La Social-démocratie compte ainsi 48 élus et peut compter sur le soutien de 47 autres, sur un total de 179 sièges. À l'occasion d'une conférence de presse, Mette Frederiksen a affiché son optimisme. « Je ne peux pas imaginer que cette propo­si­tion n'ob­tien­dra pas la majo­rité au Parle­ment. » Au Danemark, environ 38 000 personnes pourraient prendre leur retraite de façon anticipée, selon les évaluations du gouvernement.

Le secteur financier pourrait toutefois tenter de bloquer la réforme dans les prochains mois. L'association nationale des banques estime ainsi qu'on demande à ses membres de financer une réforme politique qui n'a rien à voir avec le système bancaire. Ce plan « rend plus difficile pour le secteur financier de soutenir la croissance et l'emploi », avertit aussi Ulrik Nodgaard, le responsable de Finans Danmark, une association qui défend les intérêts du secteur bancaire dans le pays.

Source : le point.fr

Tag(s) : #Danemark

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :