Nathalie Cheysson Kaplan, Capital

Nathalie Cheysson Kaplan, Capital

Lorsqu’ils consultent leur estimation indicative globale, certains futurs retraités ont la surprise de découvrir en plus d’une estimation du montant annuel de leur future retraite, un tableau à part intitulé “versement unique”. Voici de quoi il s’agit.

 

Il arrive d’avoir cotisé au cours de sa vie professionnelle à un autre régime que celui dans lequel vous avez accompli l’essentiel de votre carrière. Mais si vous n’avez été affilié à ce régime que pendant quelques mois, le montant de la retraite à laquelle vous pouvez prétendre sera dérisoire. Tout au plus quelques centaines d’euros par an. C’est la raison pour laquelle la plupart des régimes prévoient le versement d’un capital unique en lieu et place d’une pension de retraite versée tous les mois. Chaque régime fixe ses propres règles.

Par exemple, dans le régime complémentaire des salariés du privé, le versement d’un capital unique pour “solde de tout compte” est prévu lorsque vous avez acquis moins de 100 points Agirc-Arrco. Soit l’équivalent d’une retraite inférieure à 127,14 euros par an. Le montant de ce capital correspond au montant de la retraite annuelle à laquelle vous auriez pu prétendre, multiplié par un coefficient qui dépend de votre âge (donc de votre espérance de vie) au moment où vous demandez la liquidation de votre retraite.

 

Par exemple, si vous avez acquis 99 points, on vous versera en une seule fois un capital de 3.500 euros qui correspond globalement à la somme des pensions que vous auriez pu percevoir jusqu’à la fin de votre vie. La règle est la même si vous avez cotisé auprès de l’Ircantec, le régime complémentaire des contractuels de la fonction publique. Si vous avez acquis moins de 300 points, votre retraite vous sera versée en une seule fois, sous forme d’un capital unique.

En revanche, ce dispositif a été supprimé dans les régimes de base pour les retraites liquidées depuis janvier 2016. Mais si vous avez validé moins de 9 trimestres, vous pouvez demander le remboursement du montant actualisé des cotisations versées(part employeur et salarié) au lieu de percevoir votre retraite tous les mois

Source : Nathalie Cheysson Kaplan, capital.fr

Tag(s) : #France

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :