Adeline Lorence, Capital

Adeline Lorence, Capital

Le Conseil d’administration de l’Agirc-Arrco devrait, ce jeudi 8 octobre, décider de geler les retraites complémentaires des ex-salariés du privé. Les pensions ne devraient donc pas évoluer le 1er novembre prochain.

 

Les dés sont quasiment jetés. Ce jeudi 8 octobre, le Conseil d’administration de l’Agirc-Arrco doit décider du niveau de revalorisation pour la retraite complémentaire des ex-salariés du privé. Et si l’on en croit l’avis du bureau réunissant les partenaires sociaux le 30 septembre dernier, on s’oriente vers un gel des pensions. “La priorité est de continuer à payer les pensions cette année mais aussi pour les prochaines années car l’effet de la crise se fera ressentir sur plusieurs exercices. La bonne gestion et le sens des responsabilités doivent conduire à un maintien des pensions sans revalorisation”, affirme Pierre Roger, secrétaire national CFE-CGC protection sociale.

Les représentants des cadres ne sont pas les seuls à partager ce constat. “Ce gel est une question d’équité qui va avoir très peu d’impact sur le pouvoir d’achat des retraités car on s’attend à une inflation autour de 0,1 voire 0,2%, on est sur une mesure de l’épaisseur du trait alors que l’on estime que le pouvoir d’achat des salariés va reculer de 5,7% ”, juge Eric Chevée, le représentant de la Confédération des petites et moyenne entreprise (CPME). L’idée d’un geste, même petit pour les retraités semble belle et bien écartée. “On aurait pu discuter avec l’ensemble des partenaires de proposer une légère augmentation autour de l’inflation pour envoyer un bon signal. Mais comme elle s’annonce très faible, cela ne vaut pas le coup d’enfiler les perles sur cette question”, lance Frédéric Sève, de la CFDT. Il en va même du message envoyé aux salariés. “C’est une mesure de solidarité. Je pense que cela aurait été mal perçu si nous avions fait un geste pour les retraités au vue de la situation que rencontrent aujourd’hui les salariés”, analyse Frédéric Romain de la CFTC.

S’il n’existe presque aucun doute sur la décision du conseil d'administration qui devrait acter du gel des pensions, d’autres points sont eux plus incertains. En ce qui concerne la valeur d’achat, qui permet de déterminer le niveau de cotisation pour obtenir un point Agirc-Arrco, les partenaires sociaux se laissent un peu plus de temps. Rappelons que cette valeur est revalorisée par rapport au salaire moyen chaque 1er janvier et est classiquement fixée au même moment que la revalorisation des pensions. “Il n’y a pas de raison de se précipiter, juge Pierre Pluquin de la CGT, il faut voir comment le salaire moyen évolue dans les prochains mois”.

Enfin, le Conseil d’administration devrait aussi évoquer la question des réserves du régime. L’article 6 de l’accord de 2019 inscrit en effet que les réserves techniques du régime ne doivent jamais se situer en deçà de 6 mois de prestations dans la période courant jusqu’à fin 2033. “Or, d’après les dernières projections, ces réserves pourraient prendre fin en 2025. Le conseil d’administration va alerter les partenaires sociaux sur cette situation et ils devront se remettre autour de la table, sûrement courant 2021 pour aborder cette question”, prévoit Pierre Pluquin.

Source : Adeline Lorence, capital.fr

Tag(s) : #France

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :