France : Près de la moitié des Français hostiles à la réforme des retraites

En l’espace d’un mois, la défiance envers l’explosive réforme des retraites a nettement progressé.

C’est une épine dans le pied du gouvernement. D’après un sondage Elabe réalisé pour Les Échos, Radio Classique et l’Institut Montaigne, près d’un Français sur deux interrogé (47%) déclare être opposé à la réforme des retraites et seulement 29 % des sondés y sont favorables. La proportion de personnes hostiles à cette réforme a progressé de 4 points en l’espace d’un mois et de 12 points pour la catégorie des actifs de 25 à 49 ans, souligne l’étude. Il en est de même pour les catégories sociales dites populaires qui ne sont plus que 19% à soutenir la réforme, contre 29% le mois dernier.

« Si nous ne sommes pas encore à des niveaux d’opposition que l’on a connus par le passé pour d’autres réformes, la dynamique n’est pas bonne pour l’exécutif », explique aux Échos Bernard Sananès, président d’Elabe. « Dans un contexte d’impopularité du gouvernement, l’opposition à la réforme des retraites a pris le pas sur le mouvement des “gilets jaunes’’ dans le sens où aujourd’hui, dans l’opinion, la perspective du mouvement social passe d’abord par l’opposition à cette réforme », ajoute-t-il.

Ces derniers jours, le haut-commissaire aux retraites, Jean-Paul Delevoye, a exclu de réserver le futur régime universel de retraites aux seuls nouveaux entrants sur le marché du travail («clause du grand-père»), un scénario d'apaisement avancé au sein de la majorité pour éviter un nouvel embrasement social. Une sortie qui a - semble-t-il - irrité l’exécutif. « Il n'y a pas de divergences de ligne à l'intérieur du gouvernement » sur la réforme des retraites, a assuré jeudi la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye après des déclarations contradictoires du haut-commissaire et du premier ministre.

Édouard Philippe avait indiqué mercredi soir que le gouvernement avait « ouvert toutes les pistes s'agissant de la transition » vers un nouveau système. Y compris d'avoir recours à « la clause du grand-père » qui permettrait d'appliquer le nouveau régime universel de retraites aux seuls nouveaux entrants sur le marché du travail. « Tout est ouvert », avait-il conclu, à un mois d'un appel interprofessionnel à la mobilisation contre la réforme des retraites.

Source : lefigaro.fr

Tag(s) : #France
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :