Luxembourg : Les retraites augmenteront au 1er janvier 2021

La pandémie de covid-19 n'affectera pas le niveau des pensions. Le ministre de la Sécurité sociale vient d'annoncer qu'elles gagneraient bien 1,3% dès l'an prochain. 

(DH) - Pas d'inquiétude, les retraites ne seront pas impactées par la crise sanitaire. Elles subiront même un ajustement favorable de 1,3%. Le ministre de la Sécurité Sociale, Romain Schneider (LSAP), vient de le confirmer et cela alors même que le niveau des cotisations apparaît à la baisse dans un contexte économique très difficile.  

A l'occasion d'une question parlementaire adressée par Fernand Kartheiser (ADR), le ministre a rappelé que le mode de calcul de l'adaptation des pensions était basé sur des paramètres de variation annuelle et un modérateur de réajustement. Sauf que pour l'année à venir, l'évolution se base sur la courbe des salaires sur les années 2018 et 2019. Bingo! 

Pour rappel, l'ajustement de 1,5% effectif depuis ce début d'année 2020 a été chiffré à 75 millions d'euros alors que plus de 181.000 retraites avaient été versées par l'Etat. Soit une ardoise totale chiffrée à 1,9 milliard d'euros pour les finances publiques.

Concernant l'allocation de fin d'année, selon le code de la Sécurité sociale, elle est versée si le taux de cotisation ne dépasse pas 24%. Et, autre bonne nouvelle : «Une augmentation du taux de cotisation n'est actuellement pas envisagée», a précisé Romain  Schneider. Pas plus que le gouvernement n'envisage «une réduction des retraites en raison de la crise du covid-19». 

Le fait que le taux de cotisation global de 24% dépasse régulièrement la prime de répartition pure permet au régime de «dégager d'importants excédents financiers et de consolider une réserve substantielle atteignant presque le triple du montant légalement requis», rassure l'Inspection générale de la sécurité sociale (IGSS) sur son site. C'est ainsi qu'en 2018 les recettes courantes du régime général de pension ont excédé les dépenses courantes de 90 millions d'euros.  

Toutefois, malgré des chiffres positifs, des voix s'élèvent pour dénoncer une situation inquiétante. Dont celle de Gaston Reinesch. Au mois de décembre, le président de la Banque centrale du Luxembourg (BCL) avait conseillé au gouvernement de réformer le système des pensions. Simulations réalisées par l'institution bancaire à l'appui, le successeur d'Yves Mersch avait pointé deux caps importants.

Un premier cap serait franchi en 2044, lorsque la réserve de compensation du régime général d'assurance pension passerait sous la limite légale fixée, soit l'équivalent de 1,5 fois les dépenses. Et le second, en 2049, quand cette réserve de compensation deviendrait même carrément négative. 

Source : wort.lu

Tag(s) : #Luxembourg
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :