Xavier Martinage, Capital

Xavier Martinage, Capital

Dans le rapport qui a été remis ce mardi 15 juin à l'exécutif, les magistrats financiers plaident pour un relèvement de l'âge de la retraite en menant une réforme sur une période longue.

Les syndicats n'en veulent pas avant la prochaine élection présidentielle, mais la réforme des retraites reste au cœur des préoccupations. À en croire nos confrères des Échos, la Cour des Comptes a émis un avis favorable à une réforme dans le rapport qu'elle a rendu à l'Élysée ce 15 juin. Et le principal point sur lequel appuient les magistrats financiers, c'est l'âge de relèvement de la retraite. Sur un ton somme toute équivoque, ils adressent un message à l'exécutif : "Le fait que le déséquilibre financier des retraites résulte largement de causes démographiques pose le début du relèvement d'âge d'ouverture des droits à la retraite ou des conditions de la retraite à taux plein". Ce relèvement serait un des éléments clé de la baisse des dépenses publiques, selon eux, alors que, comme le rappelle Challenges le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, est partisan de cette solution.

Pour la Cour des Comptes, il faut faire des économies sur "des postes significatifs", et cela nécessitera par exemple de "privilégier dans l'ensemble des dépenses publiques qui bénéficient aujourd'hui aux personnes retraitées, celles qui sont destinées aux personnes dont l'âge très élevé engendre des besoins particuliers de prise en charge sanitaire et sociale". Et si des économies ont déjà été faites, il faut de "nouvelles adaptations des règles du départ à la retraite" afin d'éviter un déficit (cité par le Conseil d'orientation des retraites) compris entre 0,1% et 0,4% du PIB.

Pas avant 2023 ?

En outre, la croissance ne permettra pas de faire baisser seule la décrue de la dette publique, les magistrats appellent donc à la réduction des déficits dès 2023. La Cour des Comptes ne se positionne pas clairement sur le régime à point que voudrait Emmanuel Macron, mais se positionne pour des meures "paramétriques", relève Challenges, d'une part parce que le niveau de vie des plus de 65 ans est supérieur à 9% du reste de la population, et aussi parce que l'âge de départ à la retraite reste inférieur aux pays voisins. À titre de comparaison, les pensions sont versées pendant 22 ans pour les femmes et 19 ans pour les hommes en Allemagne contre 27 et 23 ans en France.

Mais la Cour des Comptes sait qu'une telle mesure aura du mal à passer et demande un calendrier "suffisamment étalé pour en faciliter l'acceptation" ainsi qu'une concertation avec les partenaires sociaux. Un ajustement budgétaire pourrait être envisagé dès 2023. Elle met en garde enfin contre les "mesures de portée trop générale" qui pourraient être choisies afin "d'adoucir" le sort des carrières longues en cas d'augmentation de l'âge de départ à la retraite.

Source : Xavier Martinage, capital.fr

Tag(s) : #France
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :